Nollywood fait son cinéma … à Paris !

Mesdames et messieurs je suis la digne Iyami Omobirin (comprenez fille de ma mère). En ce moment, mongbiyanju lati ko ede yoruba (j’apprends le Yoruba) donc désolée, je m’exerce sur vous. D’ailleurs, si autour de vous, il y a quelqu’un qui parle couramment Yoruba, je veux bien prendre des cours. Ça devient de plus en plus compliqué de s’imprégner de ma deuxième culture. Le problème vient du fait que en France, la communauté nigériane n’est pas très représentée. Heureusement la culture nigériane s’exporte énormément. Je l’ai évoqué ici et également lorsque je partageais mon amour pour la musique.

Drapeau Nigérian - Crédit photo : Huffington Post
Drapeau Nigérian – Crédit photo : Huffington Post

Il n’y a pas que la musique qui s’exporte bien. La grande industrie cinématographique Nollywood  a réussi à conquérir le monde entier, notamment les pays où se sont installés les ressortissants du Nigéria, du Ghana et du Kenya pour ne citer que ces trois pays. Il y a quelques années, Mymou et moi avons commencé à consommer des films de Nollywood en regardant ceux diffusés sur Youtube. Mais avec le temps, l’industrie évoluant, il a été de plus en plus difficile de trouver des films sur cette plateforme. Je me suis d’ailleurs amusée à chercher Blackberry Girls, un des premiers films que nous avons regardé et … Rien, il existe des extraits, des parodies mais aucun des volets de la trilogie humoristique.

Blackberry Babes - Crédit photo : Cinetion
Blackberry Babes – Crédit photo : Cinetion

Depuis quelques temps, la chaîne Nollywood Tv est diffusée en France et en français. Comme je vous l’ai dit, j’ai du mal (beaucoup de mal) avec les dialogues en français parce que ce n’est pas l’accent, ni les expressions que je connais. Du coût, je suis plus intéressée par Iroko TV qui propose des programmes en VO* et parfois en avant-première !

Iroko TV - Crédit photo : Tech Arena
Iroko TV – Crédit photo : Tech Arena

Vous imaginez donc que lorsque Mymou m’a parlé de la Nollywood Week l’année dernière, j’ai sauté sur l’occasion surtout qu’à ce moment, je n’avais ni Iroko TV ni Nollywood TV et que JE VOULAIS VOIR HALF OF A YELLOW SUN !!! 

11141311_424504794397100_9158785363241793310_n

Nous étions avec C. mais malheureusement nous n’avons pas pu voir Half of a Yellow Sun, ni aucun autre film de la programmation en dehors de Confusion Na Wa que j’ai beaucoup apprécié. Donc cette année, je me prépare en avance. Je connais le programme et j’ai organisé mon weekend en fonction. C m’a rappelé que mon pass entre les mains je devrai quand même arriver tôt pour récupérer mes places de peur de revivre notre mésaventure de l’année dernière.

11218535_429100143937565_794265101762763986_n

J’ai lu les synopsis de tous les films et, comment vous dire … Je voudrai TOUS les voir. Notamment Jimmy Goes to Nollywood qui nous plonge au coeur de l’industrie cinématographique qu’est Nollywood, Thy will be done dont j’ai vu la bande annonce sur Nollywood TV mais aussi Dazzling Mirage, un film dont le personnage principal est drépanocytaire. Et puis tous les autres aussi, le synopsis de Last Three Digits me fait penser à Confusion Na wa où tout était parti d’une erreur.

Jimmy goes to Nollywood film d'ouverture.
Jimmy goes to Nollywood film d’ouverture.

 

Si vous souhaitez vous procurer vos pass pour la Nollywood week c’est par ici. Pour avoir une idée voici tous les tarifs. Vous pouvez aussi prendre vos places sur le site de la Fnac et si vous avez des cartes UGC elles sont valables pour toutes les séances.

`

Tarifs Nollywood week

J’espère que vous profiterez de cette occasion pour découvrir ou redécouvrir le cinéma nigérian. N’hésitez pas à me faire un petit coucou via Twitter@club_cotonettes pendant le festival.

Bisous.

S.

S. - Rédactrice Lifestyle

Après avoir vadrouillé dans les rues parisiennes je suis de retour en Afrique. Ce qui fait de moi une "Repat" (personne ayant vécu à l'étranger et de retour dans son pays d'origine) ! C'est maintenant à Douala, Lagos et toutes les villes d'Afrique que je vous emmène en balade. Curieuse et un brin aventurière, la nailista que je suis partagera avec vous toutes ses découvertes : les gourmandes, les virtuelles et celles de la "vraie vie".

3 Commentaires

Laissez une réponse

Your email address will not be published.