Gestion de Conflit: Comment présenter des excuses ?

gestion de conflit demander pardon s'excuser

Par ces temps de confinement, nous avons le temps de faire beaucoup de choses. Cela ne fait qu’une semaine et certains sont déjà à court d’occupations (je compatis). C’est à ce moment que les pensées que l’on ne souhaite pas affronter se présentent, que les discussions que l’on repoussent à plus tard arrivent sur la table, notamment si vous passez le confinement avec d’autres personnes. Dans ce contexte particulier, les tensions pourraient s’exacerber pour un oui ou un non mal digéré. Qu’est-ce qu’on fait à ce moment ? Je partage avec vous mon modus operandi en matière de gestion de conflit.

1- Se préparer émotionnellement

Personne n’est jamais totalement à l’aise avec l’idée de s’excuser. En effet, s’excuser suppose qu’il y a une raison de le faire et que l’on porte une part de responsabilité, même infime, dans le contentieux.

Il y a quelques années, j’étais celle qui se mettait en boule quelque part au fond d’un placard en attendant de venir se faire soulever et correctement incendier par la personne offusquée. J’étais trop traumatisée par les épisodes de ma vie où j’ai dû me répandre en excuses en plein milieu de réunions de famille.
S’excuser requiert de se préparer émotionnellement à le faire: L’ego parle fort et les traumas remontent à la surface.

gestion de conflit demander pardon s'excuser

2- Demander une audience

En général, je prends les devants dès qu’il y a du soufre dans l’air et je demande une audience. Ce n’est pas parce que je suis prête à discuter que l’autre l’est forcément au même moment. La personne a peut-être besoin de temps pour se préparer à cette discussion difficile.

Cela passe par des questions simples comme: « quand serais-tu disponible pour discuter ? » ou dans le cadre professionnel « Quand serais-tu disponible pour prendre un café ? »
Pour être honnête, je ne le fais pas avec mes ami(e)s. Dans ces cas, je demande s’il y a un malaise et on discute séance tenante. Mais vous voyez l’idée.

Dans notre dernier épisode de podcast « Vivre ensemble », nous parlions de la difficulté d’initier la conversation difficile pour essayer de ne pas dormir fâché.

3- Dire les mots

Il s’agit ici de dire les mots: « Je m’excuse d’avoir fait/dit X ou Y et je regrette. »
J’essaie de me mettre à la place de l’autre. Je dis bien « j’essaie » parce que ce n’est pas facile émotionnellement de trouver les mots et le ton qui conviennent, en bref, de faire preuve d’empathie. Oh ! Et un minimum de sincérité ne serait pas de trop.

gestion de conflit demander pardon s'excuser

A moins que vous ne souhaitiez mettre de l’huile sur le feu, évitez les « Si » et les « Mais »:

  • S’il y a de l’eau dans le gaz, c’est qu’il y a un problème, donc pas de « Je m’excuse SI… »
  • Si on veut vraiment s’excuser, on ne vient pas d’emblée argumenter, donc pas de « Je m’excuse MAIS… » L’argumentation viendra dans un second temps si la personne est assez ouverte pour écouter ce qu’on a à dire.

4- Donner un espace de réponse

Une fois que j’ai dit les mots clés, je laisse à l’autre l’espace pour répondre. C’est le moment où on rentre les épaules et on se prépare à subir la tempête.

J’écoute jusqu’au bout, patiemment, mais pas dans le but de rétorquer. J’écoute pour comprendre l’histoire du point de vue de l’autre.
Une fois que l’autre s’est bien épanché, je vois s’il y a l’ouverture de présenter ma version de l’histoire. Si ce n’est pas possible, je remercie l’autre de m’avoir accordé de son temps pour en parler.

5- Laisser le temps faire son travail

Il y a un verset dans la bible qui dit « S’il est possible, autant que cela dépend de vous, soyez en paix avec tous les hommes. »
Il est utopique d’être en paix avec tout le monde, cela se saurait depuis le temps que les hommes se meuvent sur cette Terre. C’est pourquoi, la partie clé de ce verset est « S’il est possible, autant que cela dépend de vous ».

Ce qui dépend de nous, c’est de s’excuser. La réponse ne nous appartient pas. Il faut être deux pour restaurer une relation et souvent, la personne blessée a besoin de temps pour digérer l’incident et les excuses. Ce temps est plus ou moins long selon la gravité du problème et sa force de rancune.

Je ne vous cache pas que s’excuser est un exercice périlleux. On n’est pas à l’abri de tomber du fil sur lequel on marche. Certains problèmes sont très profonds et parfois il faut en parler à un psy pour trouver la force de les affronter. Prenez le temps qu’il faut et faites au mieux.

Dans le cadre d’une famille, d’une amitié ou d’un couple, le fer aiguise le fer et c’est avec le temps que l’on apprend aborder la gestion du conflit.

Besos!

L.

Lydvina - Rédactrice Lifestyle

Avec plus de 8 ans de blogging dans le compteur, je constate que la petite bourse n'empêche pas le bel art de vivre à la française ! C'est ce que je vous démontre en partageant mon carnet de sorties culturelles, les bonnes adresses restaurants, les expositions à voir ou les livres à dévorer sur les terrasses de café.

No Comments Yet

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Inscris-toi à la NewsletterNe loupe ni les nouveautés ni les bons plans !

 

 

 

Ecoutez Cocktails et Confidences, notre podcast: histoires de femmes et échanges entre amies.

 

 

CLIQUEZ ICI