Petite histoire des spartiates des pharaons à nos jours

Quand vient l’été nous sommes assaillis par toutes sortes de sandales et autres chaussures ouvertes. Depuis quelques années, les spartiates ont la part belle au sein de toutes les collections. On les retrouve aux pieds de toutes: des stars à notre voisine de pallier. Je vous invite à m’accompagner dans ma machine à remonter le temps pour en découvrir les origines.

Étymologiquement le mot « spartiate » vient de Sparte, une des cités les plus puissantes de la Grèce antique. Une cité où l’éducation austère avait alors pour but la formation des soldats. Les spartiates habitants de la cité menaient une vie simple à l’image de l’éducation qu’ils donnaient à leur enfant : ils marchaient pieds nus, les futurs soldats devaient se raser la tête et supporter des températures extrêmes.

 

jeunes spartiates
image prise ici

Les spartiates, objet de notre propos ne sont donc pas originaires de Sparte. C’est donc en raison de leur simplicité qu’elles ont été associées à ce peuple austère. Les chaussures à lanières proviennent de l’antiquité. En effet, Akhenaton roi d’Egypte et sa femme Nefertiti, portaient sur des statuettes et des gravures sur pierre les représentant, le modèle qui sera l’ancêtre des spartiates. Des siècles plus tard, les grecs et les romains porteront un modèle plus proche de ceux que nous connaissons « un soulier bas à semelle de cuir et aux courroies entrecroisées enserrant le pied ou une partie de la jambe ».

 

akhenaton et Nefertiti
image prise ici

En France, les premiers modèles ont été crées par Boulanger dans les années 20, à destination des pêcheurs. Ce sont les ancêtres des tropéziennes. Rondini, artisan cordonnier se lancera dans leur confection à St tropez quelques années plus tard. Elles seront modernisées dans les années 30 grâce à la marque KJacques « spartiates tropéziennes et romaines », (produit de l’association de Rondini et Keklikian, lui aussi fabricant des fameuses tropéziennes.) avec des modèles classiques baptisés avec des noms qui rappellent les origines tels que Pharos ou encore Icare. De nombreuses personnalités les porteront lors de leur séjour dans ce lieu très prisé à l’époque. Malheureusement, elle connaîtra un léger déclin quelques années après.

 

tropeziennes kjacques St tropez
photo prise ici

En plus des nouvelles marques qui vont venir bousculer les codes existants et injecter un souffle de modernité, Kjacques la seule maison de fabrication artisanale française n’aura de cesse de se moderniser. D’ailleurs, les célébrités en sont de nouveau friandes. La photo de Kate Moss, descendant de voitures chaussée d’une paire de tropeziennes fait le tour du monde et relance complètement la maison.Depuis les spartiates connaissent un succès que plus rien ne semble arrêter. Les déclinaisons sont nombreuses et évoluent avec les modes. Les rockstuds de Valentino en sont un exemple parfait, un hybride entre l’escarpin et la spartiate le tout saupoudré d’un esprit rock’n’roll.

 

rockstud valentino
photo prise ici

Cet été la mode est à la spartiate haute avec ou sans talons, parfois avec des franges. Il y en a pour tous les goûts; même si la version basse restera toujours un classique.

 

spartiates tendance 2015
photo prise ici

J’ai choisi les miennes il y a deux ans déjà et je les aime toujours autant.

c de leen spartiates
Instagram @c_de_leen

A votre tour n’hésitez pas, pensez, appliquez, modez!

 

 

C. - Rédactrice Mode

Je suis pétrie d'art et de mode depuis plus de 10 ans maintenant ! J'estime que la mode est bien plus que ce qu'elle peut paraître. J'en fais un outil d'acceptation de soi au travers des looks et relookings que je propose sur Le Club des Cotonettes ! Aider les autres à se révéler à travers leur style ? Mon but ultime.

2 Commentaires
  1. Je porte des sandales tropéziennes Rondini tout l’été depuis maintenant quelques années. Elles sont top ! Le cuir ne bouge pas, elles sont robustes et se font parfaitement à votre pied ! Un must have sans aucune hésitation.

Laissez une réponse

Your email address will not be published.