Conférence: Les tendances de la rentrée pour les Beautés Noires et Métissées |Salon MCB par Fashizblack

IMG_6817.JPG

 

La semaine dernière, le lundi 15 septembre pour etre exacte, j’ai été conviée par le magazine FashizBlack, avec Scheena et la marque Biolissime à etre leurs intervenants pour la conférence « Beauté Noires et métissées, les tendances de la rentrée » au salon MCB By Beauté Selection.

 

MCB by Beauté Selection est un salon réservé aux professionels de la coiffure, on y trouve donc des vendeurs de matériel pour établissements dédiés à la coiffure, des salons de coiffures professionels, ainsi que les marques de cosmétiques qui sont présentes dans ces établissements. On croise donc à l’occasion de ce salon, de nombeurex professionels, mais également des étudiants en formation BEP, CAP ou écoles de coiffures.

Fashizblack, si vous ne connaissez pas (et si c’est le cas ça veut dire que vous n’etes pas un lecteur assidu de ce blog) est un magazine en ligne et Papier (plus maintenant) qui s’adresse aux beautés noires et métissées que j’adore (et ceci est un euphémisme).

La conférence que nous allions donc animer mes collègues du jour et moi etait une conférence destinée aux professionels, non pas à un public de consommateurs. La marque Biolissime a abordé l’aspect technique des choses, les cosmétiques pour les peaux noires et métissées quant à Scheena qui fait du conseil en image, elle a abordé tous les sujets relatifs à la mode. Pour ma part j’intervenais sur mon sujet de prédilection à savoir le cheveux CREPU.

Le premier constat que j’ai fait en entrant dans le salon et bien que je ne l’ai pas réellement visité, était le fait qu’il n’y avait AUCUN. Je dis bien AUCUN stand dédié à la beauté NOIRE. Ni en terme de maquillage, ni en terme de coiffage. Ce constat laisse entrevoir l’état des choses en ce qui concerne le marché de la beauté Afro en France.  D’ailleurs petite anecdote, croyez moi ou non , mais j’y ai croisé une coiffeuse d’origine sénégalaise vivant a plusieurs KM de Lille et qui ne savait absolument pas coiffer le cheveux Afro. Elle m’a abordée car elle était intriguée par mes cheveux (que je portais ce jour la lachés et bouclés suite à mon twist out). Je lui ai donné mes coordonées et j’espère vraiment qu’elle me fera signe.

J’ai donc débuté mon temps de parole sur ce sujet la, cette absence constatée. J’ai donné plusieurs conseils à l’auditorium que nous avions dont un que j’estime tres important, qui est celui de la nécéssité pour eux les professionels de la coiffure de se former sur les cheveux Afro. De ce besoin que nous femmes noires aux cheveux crépus, défrisés comme naturels, avons et ce peu importe la région, de pouvoir entrer dans des établissements et de confier nos cheveux à des personnes qui s’y connaissent et de pouvoir nous relaxer car nous leur faisons confiance.

J’ai également abordé le problème qu’ont les quelques rares établissements qui s’y connaissent à communiquer sur les prestations qu’ils sont à meme de réaliser. Facebook, twitter c’est gratuit. Et quand on est un véritable professionel on a meme un site internet. Mais surtout on n’hésite pas à contacter Blogueuse et Youtubeuse qui ne demande que ça de faire découvrir de bonnes adresses à leurs abonnées. La communication c’est la clé au jour d’aujourd’hui.

En écrivant ceci je me rends compte que j’ai une carte mémoire qui s’est cassée avec la video d’une bonne adresse que j’aurai souhaité partager avec vous. Mais bon… ceci est un autre sujet.

Ce qui est ressorti de cette conférence est que: au dela du fait d’apprendre à coiffer un cheveux avec une texture différente, effectivement les coiffeurs ne se rendent pas compte de la manne financière que représentent les femmes noires à Paris comme ailleurs et la je parle d’un point de vue purement Lucratif (disons le clairement qui ouvre un business si celui n’est pas supposé etre florissant?). Mais également que pour les rares coiffeurs qui étaient formés sur les cheveux afro, ils se plaignaient du fait de ne pas réussir à attirer une clientèle « AFRO », notamment parce qu’ils étaient « BLANCS ».

Ma question à vous donc les Cotonettes est la suivante: quels sont les critères qui vous inciteraient à pousser la porte d’un salon de coiffure? Vous etes libres de me répondre en commentaire sous cet article, j’aimerais vraiment discuter de ce sujet avec vous.

En tout cas, 2014 malgré l’évenement terriblement triste que j’ai vécu il ya peu, reste comme je le disais « l’année de mon année ». Animer cette conférence m’a fait énormément plaisir, et j’aimerais beaucoup renouveler l’expérience, surtout sur une durée plus longue (comme quoi 50minutes ca passe super vite). je remercie FashizBlack d’avoir fait appel à moi pour ce sujet. Et je suis ravie des personnes que j’y ai rencontrées, qui ont posé des questions et ont exprimé leur ressenti, mais également qui n’ont pas hésité a venir nous poser leurs questions supplémentaires, une fois la conférence terminée et que nous avons du céder la place aux personnes suivantes.

 

IMG_6812.JPG

 

 

IMG_6811.JPG

 

IMG_6813.JPG

IMG_6814.JPG

 

IMG_6815.JPG

IMG_6816.JPG

Mymou De Moha

Passionnée par la mise en beauté du cheveux depuis toute jeune, mon retour au naturel m'a fait découvrir une étendue de choses sur le cheveux crépu naturel que je partage avec vous aujourd'hui.

5 Comments
  1. Cc Mymou,merci pour cet article! En effet,il est essentiel d informer les professionnels de la coiffure sur le manque de formation des coiffeurs actuels pour les cheveux crépus ou défrisés,et ce partout en France!Personnellement, qu importe l origine du technicien (asiat,french ou autre !),à partir du moment oú il est qualifié et prodigue de bons conseils :je fonce! Tels sont mes critères principaux. Le prix n est pas à surestimer non plus :parce que supplément cheveux longs+nappy… pour un brushing+soin ça peut monter très vite! En espérant que tes conseils soient écoutés par les « grands  » du secteur … !

    1. Je suis tout à fait d’accord avec toi. Et effectivement j’ai abordé également le sujet des tarifs proposés. j’ai juste oublié de le retranscrire dans l’article. Une coiffeuse nous expliquait que dans son établissement le brushing et le lissage sur cheveux crépus était exactement au meme prix pour les cheveux caucasiens que pour les cheveux AFro, mais que ce qui faisait varier le prix, c’est le soin. En effet elle utilise notamement les produits Mizani sur cheveux Afro qui coutent 2 voir trois fois plus cher que les soins qu’elle utilise sur cheveux raide, d’ou les différence de prix dans son établissement par exemple. Nous en avons donc retenu que il fallait également que les coiffeurs diversifient leurs gammes de produits, un soins Mizani serait par exemple considéré comme un soin Luxe, et un soin, Design Essentials, ou Beautiful texture serait plus accessible à une étudiante. Néanmoins on en revient au meme point, encore faudrait il que les coiffeurs sachent que ces deux gammes la existent, donc qu’ils aillent à la recherche de l’information et se forment. Le serpent qui se mord la queu

  2. Moi je trouve que se soit une européenne ou une africaine en tant que coiffeuse elle doivent savoir traité tout type de cheveux : crepus ondulé lisse ou bouclé et encore … #Cmonanniverssaire#22/09/01

    1. Joyeux anniversaire ma belle !!!! <3 ENJOY tous mes voeux!!!!
      Mais en effet, tu m'affirmes que pour toi peu importe le coiffeur tu ferais confiance, mais quels sont les critères qui te pousseraient à te dire: allez je teste CE salon ci aujourd'hui ?

Laisser un commentaire